Hunger Games de Suzanne Collins (livres)

Un peu tardivement je dois l’avouer, je me suis laissée tenter par la saga littéraire du moment, Hunger Games (en français dans le texte, les jeux de la faim). Annoncé comme le nouveau Twilight, j’étais peu tentée de tomber dans ce matraquage marketing et médiatique. Mais, comme pour Harry Potter 10 ans après, j’ai bien fini par craquer, et cela sans regret.

La ressemblance avec Twilight s’arrête à l’histoire d’amour, et encore. Alors que dans la saga Twilight, l’histoire d’amour prend quasiment toute la place, dans Hunger Games, elle sert surtout de toile de fond. Par ailleurs, Hunger Games est un jeu de mise à mort, où une fois dans l’arène, les combattants s’affrontent jusqu’à la mort. Découvrir au fil des pages la mort de jeunes adolescents d’à peine 12 ou 13 ans, n’a donc rien d’un cadre idyllique pour une ambiance romantique. Hunger Games est un livre apocalyptique, politique, un livre sur la peur, cette peur qui permet aux pouvoirs de régner, cette peur qui impose aux populations d’endurer.

Certes, il y a quelques accents adolescents, certes la violence n’est pas celle d’un film d’horreur, certes les deux héros, Katniss et Peeta, n’ont pas encore 18 ans, pour autant, ce film m’a plus fait penser à un mix entre V pour Vendetta et Twilight, et non un remake seul de la saga vampirique.

Je ne peux par ailleurs que saluer les qualités littéraires de l’auteur, Suzanne Collins. Elle nous emmène avec elle dans son histoire, jusqu’au bout du troisième tome, dans un style clair, entrainant, simple mais travaillé.

Certaines raillent peut-être encore cette saga littéraire, comme ils ont raillé Twilight ou même Harry Potter. Mais quand je vois que des auteurs sont encore capables de créer des mondes imaginaires, de les partager avec autant de personnes, de les partager avec autant d’adolescents pourtant accros de facebook, des SMS et de téléréalité, je ne peux qu’applaudir. Ces auteurs ont le mérite de donner le goût de la lecture, de montrer à cette jeune génération ce qu’un livre peut apporter et que n’apportera jamais un film, un jeu, une émission de télévision ou même un réseau social.

Mon avis : A lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.